Spotify a annoncé le renvoi d’une partie de ses salariés, à cause du mauvais contexte économique et pour tenter de réduire les coûts. L’entreprise est la dernière d’une longue liste de sociétés de la tech forcées de réduire leur nombre d’employés.

L’hémorragie continue. Après Facebook, Google, Amazon, et Microsoft, c’est désormais au tour de Spotify de licencier une partie de ses employés. Le géant du streaming musical a annoncé la nouvelle par une note adressée à ses salariés, publiée le 23 janvier 2023. « Afin de réduire nos dépenses, nous avons pris la difficile, mais nécessaire, décision de réduire le nombre de nos employés », explique dans la lettre Daniel Ek, le patron de la plateforme. Le plan de licenciements va concerner 6 % des employés, soit 600 personnes sur les 9 808 salariés de l’entreprise.

La faute à une situation « macroéconomique difficile »

Si Daniel Ek explique que la décision a été dure à prendre, il estime cependant qu’il n’y avait pas le choix. « En 2022, les coûts d’exploitation de Spotify ont été deux fois supérieurs à nos revenus », indique le président. « Cela n’aurait pas été soutenable dans n’importe quel contexte, mais dans cette situation macroéconomique difficile, cela aurait été encore plus dur de joindre les deux bouts ». Il ajoute que, malgré les coupes budgétaires mises en place par l’entreprise ces derniers mois, les efforts n’ont pas été suffisants.

Spotify licencie 6% de ses employés // Source : Canva
Spotify licencie 6 % de ses employés // Source : Canva

Ce n’est pas le seul changement que va connaitre l’entreprise : au niveau de la direction aussi les choses vont être différentes. On note ainsi le départ de Dawn Ostroff, qui s’occupait notamment de la part podcast de Spotify, et la nomination des Chief Product Officer et du Chief Business Officer en tant que vice-président.

La mauvaise santé économique mondiale touche de plus en plus d’entreprises. Le secteur de la tech, qui a longtemps été épargné, subit maintenant de plein fouet le contrecoup de la pandémie de Covid-19 et de la guerre entre la Russie et l’Ukraine. Les entreprises tech, qui ont pour beaucoup massivement embauché en 2020 pour répondre aux nouveaux besoins en ligne, doivent maintenant faire face à la crise et se résoudre à licencier. « Avec le recul, je me rends compte que j’ai été trop ambitieux en investissant avant une hausse de nos revenus », concède Daniel Ek dans sa lettre.

Spotify a aussi connu son lot de polémiques en 2022. Le podcast de Joe Rogan, un animateur américain très controversé pour avoir tenu des propos anti-vaccination et des commentaires transphobes, a provoqué le départ des musiciens Neil Young et Jodi Mitchell de la plateforme. Numerama avait également révélé que la plateforme hébergeait des podcasts d’Alain Soral, du journal antisémite d’extrême droite Faits&Documents, ou encore du groupe complotiste les DéQodeurs. Ils ont tous depuis été supprimés par la plateforme.


Abonnez-vous à Numerama sur Google News pour ne manquer aucune info !