De plus en plus de créateurs se plaignent de censure et d’une modération plus stricte qu’avant sur YouTube. Le dernier exemple en date vient d’un youtubeur cinéma. Sa vidéo mentionnant le film Shortbus, qui traite de sexe, n’aurait pas respecté les règles de la plateforme — et toute sa chaîne a été supprimée en réprimande.

Après la censure des gros mots et l’interdiction de mentionner les suicides, c’est désormais les vidéos parlent de sexe qui ne sont plus bien accueillies sur YouTube. C’est ce qu’a expliqué le vidéaste Intercut sur Twitter le 23 janvier 2023. « Hier, j’ai sorti une vidéo où je parlais de Shortbus », explique-t-il, notant qu’il s’agit « d’un film qui parle de sexe, entre autres ».

Intercut explique ensuite que, suite à la publication de cette vidéo, « Youtube a supprimé ma chaîne de 45 000 abonnés », qui représentait « des années de travail, des heures de contenu ». Son incompréhension est totale : « Je n’ai reçu aucun avertissement préalable. La vidéo était en ligne en privé depuis jeudi, pendant 4 jours, pour voir si Youtube voyait un problème. 0 problème. Elle était même monetisée (sic). Pourquoi ne pas m’avoir prévenu a (sic) ce moment ? J’aurais supprimé la vidéo ».

La censure est-elle plus stricte qu’avant ?

Comme Numerama a pu le vérifier sur YouTube, la chaîne Intercut n’est en effet plus disponible sur le site. Il n’y a, pour l’instant, pas eu d’explications officielles de la part de YouTube pour savoir pourquoi il n’y a pas eu d’avertissement avant la suppression de la chaîne, ni s’il s’agit d’une erreur.

La page YouTube d'Intercut apparait comme innacessible // Source : Capture d'écran Numerama
La page YouTube d’Intercut apparait comme inacessible // Source : Capture d’écran Numerama

Le site a pour l’instant répondu à Intercut sur Twitter en indiquant que ses équipes allaient « remonter [le] cas à nos équipes d’analyse ». En attendant, les interrogations restent en suspens : le contenu publié était-il vraiment pornographique, au point de justifier une suppression ? Impossible de le savoir, maintenant que la vidéo et la chaîne ont été supprimées.

Les règles de YouTube concernant la nudité et les contenus à caractère sexuel sont très strictes. « Tout contenu explicite destiné à être sexuellement gratifiant est interdit sur YouTube », même si la plateforme peut faire des exceptions pour des contenus à but éducatifs ou artistiques. Mais, même dans ces cas-là, « Nous pouvons également interdire la nudité hors contexte […]. Il en va de même pour les représentations de scènes de sexe dans les contenus artistiques comme les films, les contenus audio, la musique ou les jeux vidéo ». Discuter de Shortbus, un film qui parle de sexe, pourrait donc être à la limite de l’interdiction sur YouTube.

On trouve pourtant tout un tas de vidéos parlant de Shortbus sur YouTube, comme le trailer du film, des extraits, des critiques, et même des shorts. Il y a d’ailleurs, dès les premières secondes du trailer, une scène d’orgie filmée. Il semblerait donc que le film en lui-même ne soit pas complètement inacceptable. Pourquoi supprimer une vidéo et pas toutes les autres ?

Dans un trailer pour Shortbus toujours disponible surYouTube, on peut voir, dès les premières secondes, une scène d'orgie // Source : YouTube / Oscopelabs
Dans une bande-annonce pour Shortbus toujours disponible sur YouTube, on peut voir, dès les premières secondes, une scène d’orgie // Source : YouTube / Oscopelabs

Les créateurs subissent les nouvelles règles de YouTube

Dans tous les cas, le problème reste que les règles de la plateforme ne sont pas toujours claires pour les créateurs — et qu’ils sont de plus en plus nombreux à se plaindre d’un durcissement de la modération. Le youtubeur Terracid, suivi par plus de deux millions de personnes, expliquait récemment avoir vu plusieurs de ses vidéos démonétisées de manière rétroactive par YouTube, suite à l’arrivée d’une nouvelle règle. Il n’avait pas été prévenu avant par la plateforme.

Même chose du côté de Tales From The Clic. La dernière vidéo du créateur, qui parlait de Kurt Cobain, a été supprimée, car elle mentionnait que le chanteur s’était suicidé. Après avoir interrogé YouTube, le vidéaste a appris qu’il lui était reproché d’avoir présenté « des images de la scène de la mort de Kurt Cobain […] notamment un cadavre, ainsi que la méthode de suicide ». Il aurait en fait simplement utilisé une archive de journaux, et dit que le chanteur avait utilisé un pistolet. « J’accepte votre décision mais je la trouve extrême », a expliqué le Youtubeur.

Plus que les décisions arbitraires, c’est surtout le manque de communication de la part de YouTube qui reste en travers de la gorge de beaucoup de créateurs. « Un avertissement, un message aurait suffi », explique d’ailleurs Intercut sur Twitter. « Je suis tetanisé, là. Sans solution. Je ne sais même pas comment m’en relever. Vraiment, c’est tout mon monde perso qui s’effondre. Pour une vidéo. Que j’aurais pu enlever, flouter, effacer, en 1 minute

Mise à jour du 24 janvier à 15h40 : YouTube a remis en ligne la chaîne d’Intercut. La vidéo dans laquelle le créateur parle de Shortbus semble cependant toujours être suspendue.


Abonnez-vous à Numerama sur Google News pour ne manquer aucune info !