L’événement annuel dédié aux nouveautés du groupe Facebook était pour la première fois co-diffusé dans le métavers. Que s’est-il passé dans le monde virtuel de Meta au cours du Meta Connect 2022 ? Numerama y était.

J’ai failli arriver en retard à un événement virtuel. Oui, vous avez bien lu.

Le 11 octobre, le groupe Meta co-diffusait sa grande conférence annuelle dans un monde virtuel de sa plateforme Horizon Worlds, qu’il n’a cessé de présenter comme « le métavers » tout au long de sa présentation. Par curiosité, j’ai souhaité assister à la conférence de cette manière. À quoi ressemble un keynote dans le métavers ? Y avait-il du monde ? Le Mark Zuckerberg virtuel est-il grand ? Les réponses à toutes vos questions se trouvent ici.

Courir pour arriver à l’heure, c’est aussi ça le métavers

Dans la vraie vie, j’essaye d’être tout le temps à l’heure. En revanche, quand je dois assister à un événement virtuel, j’ai pris la mauvaise habitude de me connecter au dernier moment. Puisqu’assister à un événement dans le métavers était une première pour moi, j’ai mal estimé les délais.

C’est à 18h50 que j’ai mis le casque Oculus Quest 2 sur ma tête, pour me rendre dans Horizon Worlds (la conférence commençait à 19h). Problème, l’application n’était pas à jour et refusait de s’ouvrir. J’ai donc dû la re-télécharger (environ 550 Mo, ce qui est allé vite, pour une installation de 3-4 minutes). Une fois dans l’application, j’ai dû trouver la salle nommée « Meta Connect », attendre une minute et j’ai atterri dans un lobby visuellement réussi, avec un logo Meta géant au milieu de la place centrale. Un plan me disait où aller ; la salle de keynote était censée être devant moi.

L'entrée du lobby Meta Connect, avec le plan. // Source : Capture Numerama
L’entrée du lobby Meta Connect, avec le plan. // Source : Capture Numerama

À ce moment-là, il était environ 18h59. S’en est donc suivie une scène insolite : j’ai couru dans le métavers pour arriver à l’heure. Une fois arrivé devant une photo géante de Mark Zuckerberg, j’ai été téléporté à l’entrée de la salle de conférence qui, attention grosse surprise, ressemblait à une salle de conférence. Comme en vrai.

Capture d'écran de ma course vers la salle de conférence. // Source : Capture Numerama
Capture d’écran de ma course vers la salle de conférence. // Source : Capture Numerama

Plusieurs possibilités s’offraient à moi. M’asseoir sur un siège vide, rester debout ou tenter d’aller dans la fosse pour être proche de la scène. J’ai fait le choix de m’asseoir au 3e rang, pile au moment où la conférence commençait.

Une vingtaine de personnes dans la salle, vraiment ?

Première chose surprenante, la salle de conférence du Meta Connect était toute petite. Pour avoir essayé d’autres applications qui s’apparentent au métavers début 2022, comme Bigscreen, je sais qu’il est possible de faire beaucoup plus grand. J’ai compté rapidement au début de la conférence et nous étions 17 à assister au Meta Connect virtuel. Oui, dix-sept. Il y a deux hypothèses possibles :

  • Personne ne s’est connecté à Horizon Worlds, ce qui serait un immense flop.
  • Meta a réparti ses invités dans plusieurs salles identiques afin d’éviter de saturer l’espace (et d’empêcher les journalistes d’estimer la fréquentation de son métavers).
La salle de conférence virtuelle, avant le début de l'événement. // Source : Capture Numerama
La salle de conférence virtuelle, avant le début de l’événement. // Source : Capture Numerama

Une des choses qui m’a le plus plu durant cette conférence était la modularité de la salle. À chaque changement, la salle se transformait à base d’animations 3D assez impressionnantes. Pour la première fois, j’ai vu un potentiel avantage du métavers sur un événement virtuel en 2D. Une salle de conférence dans le vrai monde ne peut pas se métamorphoser en quelques secondes. Cela ne me donne pas envie d’aller dans Horizon Worlds tous les jours pour autant, mais je ne serais pas opposé à participer à d’autres présentations/spectacles importants de ce type dans le futur.

La plupart des places sont vides, il n'y avait que 5 personnes à ma droite. // Source : Capture Numerama
La plupart des places sont vides, il n’y avait que 5 personnes à ma droite. // Source : Capture Numerama

Mark Zuckerberg s’invite à l’événement

Une heure après le début de la conférence, Mark Zuckerberg s’est rendu dans Horizon Worlds pour annoncer des nouveautés aux utilisateurs de son métavers, comme l’arrivée des jambes. À son arrivée, la scène a été transformée pour mieux utiliser la 3D et lui permettre de marcher à la rencontre du public. Cet événement a motivé certaines personnes, dont moi, à s’approcher de la scène pour être le plus près possible de la présentation (bon, avec du recul, il me semble évident que Mark Zuckerberg n’était pas vraiment là… Sa présentation était enregistrée et n’était qu’une animation en 3D.)

Mark Zuckerberg sur la scène du Meta Connect dans Horizon Worlds. // Source : Capture Numerama
Mark Zuckerberg sur la scène du Meta Connect dans Horizon Worlds. // Source : Capture Numerama

A-t-on vraiment eu l’impression d’assister à un événement en vrai ? Franchement, non. La conférence n’était pas plus vivante lorsque le Mark Zuckerberg virtuel était là. L’écran géant faisait tout aussi bien le travail et les spectateurs n’interagissaient pas entre eux, à part pour se faire des petits coucou. Ce qui est intéressant dans le concept du métavers est d’être au même endroit que d’autres personnes réelles, de regarder quelque chose avec elles et de pouvoir discuter ensuite. Mais il ne réplique pas le réel.

Image publiée par Meta pour montrer la salle au moment du départ de Zuckerberg. Je crois être en bas à gauche (ça ressemble à mon avatar), mais j'ai un doute. // Source : Meta
Image publiée par Meta pour montrer la salle au moment du départ de Zuckerberg. Je crois être en bas à gauche (ça ressemble à mon avatar), mais j’ai un doute puisqu’il n’y avait pas autant de monde. // Source : Meta

La conférence continue dans les salles

Après la conférence, je me suis empressé de retirer mon casque pour écrire mon article sur le Meta Quest Pro à 1 799 euros. Je n’ai donc pas pu me rendre dans les salles de discussion à la rencontre des ingénieurs et des fans de Meta intéressés par ces rencontres virtuelles. J’y retournerai peut-être dans les prochains jours, puisque la conférence Meta Connect ne se résume pas à la présentation grand public. Quoi qu’il en soit, je n’ai ni apprécié, ni détesté l’expérience. Il y a des avantages à regarder une conférence en réalité virtuelle dans un environnement comme celui d’Horizon Worlds, mais je ne suis toujours pas convaincu qu’il s’agisse là du futur.


Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.