À 589 euros (ou 789 euros en version 5G), l’iPad de 10ème génération n’est pas la tablette Apple abordable que l’on espérait. À qui se destine-t-elle ? Nous avons scruté son nouveau design plus moderne, son port USB-C, son clavier Magic Keyboard Folio et sa caméra horizontale pendant plusieurs jours.

Paradoxalement, il n’y a jamais eu autant de choix sur le marché des iPad. Pourtant, il n’a jamais été aussi difficile de faire un choix. La faute à une gamme étonnement complexe, avec des produits qui se ressemblent énormément sans qu’aucun ne prenne vraiment le dessus.

L’iPad de 10ème génération, commercialisé à partir de 589 euros, illustre particulièrement ce phénomène. Il s’agit de la nouvelle tablette d’entrée de gamme d’Apple… mais pas tout à fait non plus (l’iPad 9, son prédécesseur, est toujours proposé à partir de 439 euros). Puisque rien n’est jamais simple, il ne s’agit pas non plus de la seule tablette milieu de gamme d’Apple, puisque l’iPad Air (789 euros) occupe ce rôle (l’iPad mini et l’iPad Pro complètent la gamme). À quoi sert l’iPad de 2022 ? C’est ce que nous avons voulu découvrir dans ce test.

Les différences entre l’iPad 10, l’iPad 9 et l’iPad Air

Habituellement, ce n’est pas sur Numerama que les tests commencent par une accumulation de caractéristiques techniques. Celui de l’iPad 10 fait figure d’exception. Mieux vaut sans doute commencer par une comparaison entre les trois tablettes d’Apple, afin de vous aider à y voir plus clair (ou pas d’ailleurs).

iPad (2021)iPad (2022)iPad Air (2022)
Taille de l’écraniPad (2021)10,2 avec bouton homeiPad (2022)10,9 en bord à bordiPad Air (2022)10,9 en bord à bord
Filtre sur écraniPad (2021)iPad (2022)iPad Air (2022)Écran antireflet
RésolutioniPad (2021)FixeiPad (2022)FixeiPad Air (2022)Variable
PuceiPad (2021)A13iPad (2022)A14iPad Air (2022)M1
Stage Manager iPad (2021)NoniPad (2022)NoniPad Air (2022)Oui
Touch IDiPad (2021)Dans le bouton homeiPad (2022)Dans le bouton latéraliPad Air (2022)Dans le bouton latéral
PortiPad (2021)LightningiPad (2022)USB-CiPad Air (2022)USB-C
StyletiPad (2021)Apple Pencil 1 (Lightning)iPad (2022)Apple Pencil 1 (Lightning, adaptateur obligatoire)iPad Air (2022)Apple Pencil 2 (Magnétique)
ClavieriPad (2021)Smart KeyboardiPad (2022)Magic Keyboard FolioiPad Air (2022)Magic Keyboard (rétroéclairé)
Caméra frontaleiPad (2021)À gaucheiPad (2022)Au centreiPad Air (2022)À gauche
Réseau cellulaire iPad (2021)4GiPad (2022)5GiPad Air (2022)5G
PrixiPad (2021)439 eurosiPad (2022)589 eurosiPad Air (2022)789 euros
L’iPad 10 n’a pas de bouton Home. Le capteur d’empreintes est dans le bouton latéral. // Source : Thomas Ancelle / Numerama
L’iPad 10 n’a pas de bouton Home. Le capteur d’empreintes est dans le bouton latéral. // Source : Thomas Ancelle / Numerama

En résumé, l’iPad de 10ème génération est une sorte d’iPad Air volontairement dégradé par Apple (à l’exception de la caméra frontale, mieux placée sur l’iPad 10).

  • Les écrans sont identiques, mais celui de l’iPad 10 reflète beaucoup plus la lumière.
  • Tous deux sont très puissants, mais l’iPad 10 est privé de Stage Manager ou de la résolution ajustable puisqu’Apple réserve ces fonctions à sa puce M1.
  • Les « connecteurs aimantés » de l’iPad 10 sont sous sa bordure inférieure, et non pas au dos. Cela le rend incompatible avec le Magic Keyboard. À la place, Apple a inventé un nouveau clavier beaucoup moins pratique, qui coûte pourtant cher (299 euros). On en reparle dans un instant.
  • Côté stylet, c’est là que la situation est le plus ridicule. Plutôt que de doter son iPad du stylet magnétique que l’on trouve sur les autres iPad, Apple conserve l’Apple Pencil de 1ère génération, qui se recharge et se connecte en Lightning. Pourtant, l’iPad 10 est une tablette USB-C. Il faut acquérir un adaptateur pour l’utiliser, ce qui n’a strictement aucun sens.

Les accessoires, le point faible de l’iPad de 2022

Magic Keyboard Folio, plein de choix étranges

Quand Apple a annoncé son nouvel iPad le 18 octobre, tout le monde s’est soudainement mis à encenser le Magic Keyboard Folio, le nouveau clavier avec trackpad intégré conçu pour la tablette. Personne ne comprenait pourquoi Apple réservait cet accessoire à son iPad 10 alors que, sur le papier, il s’agissait d’un clavier plus polyvalent que le Magic Keyboard de l’iPad Air et de l’iPad Pro… qui n’y ont pas droit. Touches de fonction, touche échap, trackpad plus grand, clavier détachable du reste, pied pour le faire tenir droit quand on regarde un film… Le Magic Keyboard Folio avait l’air exceptionnel.

Le Magic Keyboard Folio de l’iPad à gauche. Le Magic Keyboard de l’iPad Pro à droite. // Source : Thomas Ancelle / Numerama
Le Magic Keyboard Folio de l’iPad à gauche. Le Magic Keyboard de l’iPad Pro à droite. // Source : Thomas Ancelle / Numerama

Après plusieurs jours avec un iPad équipé du Magic Keyboard Folio, on comprend beaucoup mieux pourquoi Apple n’a pas lancé de version Air/Pro de son nouvel accessoire. La raison est simple : il s’agit d’un produit tout juste moyen, malgré son prix délirant de 299 euros (contre 369 euros pour le Magic Keyboard des iPad Air/Pro).

Rien qu’esthétiquement, le Magic Keyboard Folio est bizarre. La pomme est sous le clavier, ce qui veut dire qu’on ne la voit pas quand on utilise la tablette. Ça ne ressemble pas à Apple, qui à l’habitude de revêtir son logo fièrement. Pire, les inscriptions légales (logo poubelle, lieu de fabrication…) sont sous la pomme, et sont donc beaucoup trop visibles. Pourquoi Apple ne les a-t-il pas cachées à l’intérieur ?

Le logo Apple est à l’envers. Ça ne se voit pas trop ici, mais il y a les inscriptions légales en dessous. // Source : Thomas Ancelle / Numerama
Le logo Apple est à l’envers. Ça ne se voit pas trop ici, mais il y a les inscriptions légales en dessous. // Source : Thomas Ancelle / Numerama

Le plus dérangeant concerne l’utilisation. En deux parties (une qui s’aimante au dos, l’autre sur la tranche inférieure de l’iPad), le Magic Keyboard Folio est un casse-tête. Il faut d’abord déplier la partie collée à l’écran, puis tenter d’attraper avec ses doigts le pied situé au dos pour faire tenir l’iPad. Une fois sur deux, on n’y arrive pas (le dos entier s’enlève) et on perd 10 à 15 secondes à tenter de déplier le support de sa tablette. Quelle erreur ergonomique… Le tout est d’autant plus frustrant que la partie liée à l’écran est mal aimantée et ne rassure pas vraiment quand on transporte l’iPad fermé.

Quand on essaye de déplier le pied, on arrache le dos entier très souvent. // Source : Thomas Ancelle / Numerama
Quand on essaye de déplier le pied, on arrache le dos entier très souvent. // Source : Thomas Ancelle / Numerama

Heureusement, le clavier est excellent. La frappe est très bonne, le trackpad marche bien et le tout tient plutôt bien sur des genoux. On a envie de lui reprocher l’absence de rétroéclairage, mais c’est vraiment le seul point négatif. Les touches de fonction, pour monter le volume ou réduire la luminosité, sont aussi très pratiques. Dans le meilleur des mondes, nous aurions aimé ce clavier sur le Magic Keyboard classique.

Le Magic Keyboard Folio propose un clavier avec des touches de fonction. La frappe est très bonne. // Source : Thomas Ancelle / Numerama
Le Magic Keyboard Folio propose un clavier avec des touches de fonction. La frappe est très bonne. // Source : Thomas Ancelle / Numerama

Apple Pencil, mieux vaut ne pas en avoir besoin

Le Magic Keyboard Folio déçoit pour son prix, mais reste un bon clavier. Il faut aussi avoir en tête qu’Apple propose d’autres claviers dans ses magasins, qui feront sans doute beaucoup plus l’unanimité. Difficile donc de lui en tenir rigueur… En revanche, pour l’Apple Pencil, on frôle le ridicule.

Qu’est-ce qui ne va pas avec l’Apple Pencil ? La réponse en une image :

L’Apple Pencil doit être branché à un adaptateur, lui-même branché à un câble, lui même branché à l’iPad. Oui. // Source : Thomas Ancelle / Numerama
L’Apple Pencil doit être branché à un adaptateur, lui-même branché à un câble, lui même branché à l’iPad. Oui. // Source : Thomas Ancelle / Numerama

Le problème partait pourtant d’une bonne nouvelle : Apple a remplacé le port Lightning de son iPad par un port USB-C. Une bonne chose pour l’universalité de la recharge, qui rend au passage la tablette plus polyvalente (notamment pour brancher des disques durs ou des adaptateurs). On imaginait alors qu’Apple rendrait sa tablette compatible avec la seconde génération d’Apple Pencil, qui se recharge magnétiquement, quand la première génération (vendue avec l’iPad 9) se recharge par Lightning.

Pour une raison inconnue, ce n’est pas la piste choisie par Apple. L’iPad 10 a le même design que l’iPad Air, mais ne peut pas se connecter à l’Apple Pencil 2. Il conserve donc une compatibilité avec la première génération du stylet… à condition que vous achetiez un petit adaptateur vendu 10 euros (ou inclus dans la boîte si vous achetez un nouveau Pencil). Cet adaptateur ne permet pas de connecter directement le stylet à la tablette, il faut mettre un câble USB C vers USB C au milieu. Oui, vraiment.

L’iPad passe à l’USB-C, mais pas l’Apple Pencil. // Source : Thomas Ancelle / Numerama
L’iPad passe à l’USB-C, mais pas l’Apple Pencil. // Source : Thomas Ancelle / Numerama

Pour aller encore plus loin dans le ridicule, sachez qu’il est impossible d’utiliser le stylet lorsqu’il est relié au câble (le brancher ne lance que le jumelage Bluetooth). Il faut forcément le débrancher d’abord. Autre incohérence totale, l’adaptateur ne fonctionne qu’avec l’iPad 10, pas avec l’iPad Air ou l’iPad Pro. Cette fragmentation ne semble tellement pas naturelle. Apple a-t-il fait exprès pour vendre l’iPad Air ?

Dans le sac, il faut donc transporter l’iPad, l’Apple Pencil, son capuchon, l’adaptateur et un câble USB-C. Ça fait beaucoup. Pour anecdote, on a perdu l’adaptateur au fond de notre sac au bout du 2ème jour…

Si vous voulez des accessoires, prenez l’iPad Air

Après quelques jours avec l’iPad 10, il nous semble évident que cette tablette n’est pas pratique pour les personnes qui prennent des notes ou dessinent beaucoup. Pour elles, nous recommandons l’iPad Air et son Apple Pencil de seconde génération.

Si vous ne voulez que le clavier, ça se discute. Le Magic Keyboard de l’iPad Air est dix fois mieux pour 70 euros de plus, mais le Magic Keyboard Folio est satisfaisant si vous réussissez à vous habituer à ses défauts de fabrication. Autre alternative : l’iPad 9 et son Smart Keyboard normal, qui vous reviendra beaucoup moins cher. Tout ça ne nous avance pas vraiment : à qui se destine vraiment l’iPad 10 ?

L’iPad 10 et ses accessoires, adaptateur à 10 euros compris. // Source : Thomas Ancelle / Numerama
L’iPad 10 et ses accessoires, adaptateur à 10 euros compris. // Source : Thomas Ancelle / Numerama

La webcam horizontale, meilleure fonction de l’iPad

Voilà pour le coup une fonction exclusive à l’iPad 10 (ce qui est très bizarre au vu de son positionnement) : il est le premier iPad d’Apple avec une webcam positionnée horizontalement plutôt que verticalement. Qu’est-ce que cela change ? À peu près tout lors des appels vidéo. Puisque la webcam était à gauche auparavant, la personne que l’on appelait avait l’impression que l’on regardait à droite quand on lui parlait. En centrant la caméra, Apple résout enfin un problème historique de ses tablettes.

Vue de la webcam de l’iPad 10. Vue de la webcam de l’iPad Pro.

Est-ce suffisant pour motiver l’achat d’un iPad 10 plutôt que d’un iPad 9 ? C’est bête, mais oui. Quelqu’un qui passe beaucoup d’appels vidéo (des grands-parents avec leurs petits enfants par exemple, ou quelqu’un en télétravail) devrait privilégier la nouvelle tablette d’Apple. Elle lui offrira un plus grand confort d’utilisation. La fonction cadre centrée, qui permet à la caméra de suivre les déplacements de son utilisateur, est aussi là. C’est aussi très pratique.

L’expérience utilisateur est excellente, mais à qui se destine l’iPad 10 ?

Quoi d’autre à part la caméra horizontale ? Franchement, on ne saurait pas trop répondre à cette question, même après plusieurs jours avec le nouvel iPad.

Livré sous iPadOS 16, l’iPad de 2022 délivre la même expérience que tous les autres iPad d’Apple, c’est-à-dire la meilleure du marché des tablettes (l’autonomie est excellente, le multitâche est possible, l’écran est bon…). Cependant, rien ne justifie l’achat de cette tablette plutôt que celle d’un iPad 9 ou d’un iPad Air, qui disposent de leur côté des arguments du prix et des fonctions exclusives. La gamme d’Apple est extrêmement troublante. On aime cet iPad, mais on ne saurait pas quoi dire si quelqu’un nous demande s’il mérite l’investissement.

Le verdict

L’iPad (2022) est un produit absolument excellent, mais on ne sait pas trop pourquoi il existe. À 450-500 euros, il aurait été un super iPad « entrée de gamme ». Mais là, c’est une sorte iPad Air en moins bon, avec un écran de moins bonne qualité, des fonctions en moins (pas de puce M1, donc pas de Stage Manager) et des accessoires vraiment moins recommandables (le Smart Keyboard Folio est bancal et l’obligation d’utiliser un adaptateur pour connecter l’Apple Pencil en fait un accessoire à éviter). Quelqu’un qui cherche un iPad avec un petit budget se tournera vers l’iPad moins cher, tandis que quelqu’un avec des exigences plus élevées ferait sans doute mieux d’opter pour l’iPad Air, souvent à un prix équivalent chez des revendeurs tiers (ou en reconditionné).

Dans 1 ou 2 ans, quand les prix auront baissé, l’iPad 10 (ou son successeur) sera sans doute l’iPad de référence. Mais en attendant, son arrivée ne provoque que de la confusion dans la gamme. On le recommande sans soucis à qui en aurait les moyens et voudrait ce modèle en particulier (pourquoi pas pour les couleurs ou la webcam horizontale), mais on ne peut que s’interroger sur la stratégie d’Apple. Après avoir simplifié sa gamme d’iPad ces dernières années, la marque se perd de nouveau. C’est dommage, surtout au vu de l’augmentation générale des prix. Peut-être que cet iPad aurait du tuer l’iPad Air ?