Le 28 novembre, Elon Musk déclarait sur Twitter qu’il comptait faire la guerre à Apple, qu’il accusait de « détester la liberté d’expression ». Après une rencontre avec Tim Cook, l’homme d’affaires est revenu sur ses propos qu’il qualifie de « malentendu ». Y a-t-il vraiment eu des tensions entre les deux entreprises ?

Déclarer publiquement la guerre à la plus grande entreprise de la planète, Elon Musk l’a fait. Puis a fait très vite machine arrière. Le 28 novembre, dans une série de tweets incendiaires, le milliardaire expliquait qu’Apple voulait retirer Twitter de l’App Store, qu’Apple ne diffusait plus de publicités sur son réseau social et qu’Apple comptait prélever injustement 30 % sur ses abonnements Twitter Blue. Remonté contre Apple, Elon Musk était même allé jusqu’à accuser l’entreprise d’être un ennemi de la liberté d’expression et une arme du parti démocrate. Ses fans, très souvent d’accord avec lui, ont alors accusé Apple de tous les noms en suppliant Elon Musk de lancer un Tesla Phone (certains ont même accusé Apple d’être une entreprise marxiste, ce qui peut faire sourire).

Cette histoire a-t-elle été montée de toutes pièces ? Selon un article du New York Times publié le 2 décembre, qui cite des sources au sein de Twitter, Apple avait interrompu la diffusion de publicités seulement pour éviter d’être associé à une fusillade mortelle à Colorado Springs. En ce qui concerne la suppression de Twitter de l’App Store, Elon Musk a lui-même reconnu qu’Apple n’avait jamais souhaité faire ça. Pourquoi Elon Musk a-t-il menacé Apple de guerre, s’il n’avait aucune preuve ?

La masterclass de Tim Cook

Deux jours après les menaces d’Elon Musk, le milliardaire s’est, comme par magie, retrouvé au milieu de l’Apple Park à Cupertino, l’impressionnant siège d’Apple.

Sur invitation de Tim Cook, qui s’est sans doute rendu compte qu’il valait mieux vite désamorcer Elon Musk au vu de son caractère imprévisible, Elon Musk a pu s’expliquer avec le CEO d’Apple. Quelques minutes après leur rencontre, Elon Musk a expliqué avoir eu une « bonne conversation » avec Tim Cook et a qualifié de « malentendu » ses accusations. Plus tard, dans un Twitter Space (une chambre virtuelle de discussion vocale), Elon Musk a expliqué qu’Apple avait réactivé toutes ses publicités. Il faut dire qu’Apple rapporte plus de 180 millions de dollars à Twitter par an, ce qui en fait son plus gros annonceur.

L’invitation de Tim Cook rappelle énormément le comportement qu’avait déjà adopté le CEO d’Apple avec Donald Trump, l’ancien président américain. À chaque crise lancée sur les réseaux sociaux (Donald Trump a souvent reproché à Apple de ne pas fabriquer ses iPhone aux États-Unis), les deux hommes se retrouvaient miraculeusement dans un restaurant pour discuter et apaiser les tensions. À la suite de leurs rencontres, Donald Trump clamait généralement son amour envers Apple et disait du bien de Tim Cook. Certains commentateurs politiques ont souvent reproché à Tim Cook sa complaisance envers Donald Trump, mais le patron d’Apple a toujours été en maitrise de son exercice d’équilibriste.

Le tempérament d’Elon Musk est-il le même que celui de Donald Trump ? Les deux hommes partagent le goût de la provocation et, au vu de ce qu’ils montrent publiquement, semblent accorder une grande importance à leur égo. En flattant Elon Musk, Tim Cook a sans doute réussi à le canaliser. Ça a marché, Musk a retiré ses tweets de menace sur Apple.

Pourquoi Elon Musk a-t-il accusé Apple sans preuve ?

Une semaine plus tard, il semble désormais très clair qu’Elon Musk a accusé Apple sans aucune preuve :

  • La rumeur selon laquelle l’entreprise voulait expulser Twitter de l’App Store courait, mais Tim Cook en personne avait dit que Twitter n’était pas menacé. A priori, Apple n’a jamais menacé Twitter de quoi que ce soit (même si l’entreprise a déjà embêté Twitter lors de l’envoi de mises à jour, mais elle le fait avec tous les développeurs).
  • Apple n’aurait pas suspendu ses publicités à cause d’Elon Musk, mais pour protéger son image de marque après une fusillade. Elon Musk aurait pu se rendre compte qu’Apple avait déjà fait pareil dans le passé.
  • Dans l’entourage d’Elon Musk, on a aussi pu lire à plusieurs reprises qu’Apple avait supprimé tous ses tweets en contestation. C’est faux, Apple n’a tout simplement jamais tweeté (la marque sponsorise des tweets, mais n’en fait pas des vrais).
Tim Cook, le patron d'Apple. // Source : YouTube/Apple
Tim Cook, le patron d’Apple. // Source : YouTube/Apple

Se pose alors une question : pourquoi Elon Musk a-t-il pris le risque de provoquer la plus grande entreprise de la planète publiquement, alors qu’il aurait pu directement passer un coup de fil à Tim Cook ? Le milliardaire aurait pu être mal conseillé, à moins que cette provocation était une stratégie pour faire paniquer Apple et ouvrir le débat sur la commission de 30 % ? Étrangement, Elon Musk n’est pas revenu sur ce point après sa discussion avec Tim Cook. A-t-il accepté de payer ce qu’il qualifiait d’une « taxe injuste sur Internet » quelques heures plus tôt ou a-t-il obtenu ce qu’il espérait en inventant des choses sur Apple ?


Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.