Le compte Twitter baptisé ElonJet a été suspendu du réseau social, parce qu’Elon Musk l’accuse de mettre en danger sa sécurité. Pour contourner ce bannissement, le développeur à l’origine du projet a créé un nouveau compte qui respecte les nouvelles règles de Twitter : on y voit les déplacements du jet, mais 24h plus tard.

Il s’appelle « ElonJet, mais retardé » et c’est la nouvelle initiative de Jack Sweeney, l’étudiant développeur dont les projets deviennent de gros cailloux dans la chaussure d’Elon Musk. L’Américain vient, ce 22 décembre 2022, de créer un nouveau compte Twitter dédié à relayer les déplacements du jet privé du milliardaire, qui ne peut pas être banni, car il respecte les nouvelles règles du réseau social.

Pour comprendre la cocasserie de ce retour sur Twitter, il faut revenir dix jours en arrière. Le 14 décembre dernier, Elon Musk, nouveau patron de Twitter, a demandé la suspension du compte ElonJet, qui partageait depuis deux ans la localisation de son jet privé, quasiment en temps réel.

Le compte Twitter, tenu par Jack Sweeney, agrège des données qui sont 100 % publiques : les vols des avions sont traqués, et le numéro N628TS (le jet de Musk) n’échappe pas à cette règle. L’objectif d’initiatives comme celles de Sweeney n’est pas tant de savoir ce que fait le patron de Tesla en temps réel, mais de montrer qu’il ne lésine pas sur les trajets extrêmement polluants, comme c’est le cas de nombreux milliardaires, qui adorent les déplacements en jet privé. Concernant Musk, la contradiction est encore plus savoureuse, tant il se vante, via Tesla, de créer des produits qui aident l’environnement et, de facto, l’humanité.

Elon Musk change les règles dès qu'il en ressent l'envie // Source : Numerama
Elon Musk change les règles dès qu’il en ressent l’envie // Source : Numerama

Attention, nouvelle règle !

À peine quelques semaines après avoir pris la tête de Twitter, Elon Musk a banni le compte de Sweeney, sous prétexte que des internautes pourraient l’utiliser pour suivre ses mouvements et le harceler. Il a alors inventé une nouvelle règle : il serait désormais interdit de partager une localisation sur Twitter en temps réel.

Cette consigne est impossible à respecter, tant de nombreux internautes partagent des images d’autres citoyens en permanence — une Twitto, a par exemple fait remarquer que lorsque Musk s’est fait huer au spectacle de Dave Chappelle, de nombreux spectateurs présents dans la salle l’ont tweeté en temps réel, « dévoilant » ainsi sa localisation.

S’en est alors suivi une semaine lunaire, pendant laquelle Musk a accusé tous les journalistes qu’il n’aimait pas d’être responsables de « doxing » — le fait de rendre publiques volontairement des informations personnelles en ligne pour que la personne visée se fasse harceler dans la vraie vie. Même si c’était faux, certains ont été bannis quelques heures de la plateforme — certains le sont encore, sans explications.

Pour contourner les nouvelles règles de Twitter sans les enfreindre, Jack Sweeney a donc lancé un habile nouveau compte : ElonJet, mais 24 heures plus tard. Ainsi, il ne peut être accusé de doxing, mais son initiative reste pertinente : montrer combien Elon Musk pollue chaque jour la planète avec ses déplacements en jet privé, parfois pour quelques dizaines de minutes seulement.


Abonnez-vous à Numerama sur Google News pour ne manquer aucune info !