ChatGPT est vu par beaucoup comme une révolution dans l’intelligence artificielle, qui va permettre un grand nombre de nouveaux usages. Mais pour le spécialiste de l’IA Yann LeCun, il n’y a rien de grandiose chez le chatbot.

Pour beaucoup, l’arrivée de ChatGPT est une révolution. Il peut écrire des textes à la demande, composer des mails, et même passer avec succès l’examen d’une prestigieuse université. Yann LeCun, l’un des pontes de l’intelligence artificielle et le chef de l’IA de Meta, la maison mère de Facebook, n’est pas de cet avis : bien qu’il salue l’outil, il ne voit pas vraiment les performances du chatbot comme un exploit.

« En matière de technologies, ChatGPT n’est pas particulièrement innovant », a asséné le chercheur lors d’une visioconférence, organisée le 23 janvier 2023, à laquelle ZDNet a assisté. « Il n’y a rien de révolutionnaire, même si c’est la façon dont le public le perçoit. C’est juste que c’est bien présenté », estime-t-il.

OpenAI n’est pas « particulière plus avancée » que les autres

Yann LeCun, qui a reçu en 2019 le prix Turing (l’équivalent du prix Nobel pour l’informatique) est connu pour régulièrement déconstruire certains projets d’intelligence artificielle pour démystifier la perception que l’on en a. En 2016, lorsque l’IA de Google AlphaGo avait battu pour la première fois un grand joueur de Go humain, ce qui représentait une étape très importante, Yann LeCun avait relativisé l’exploit et expliqué que nous n’étions pas enocre parvenus à obtenir une « vraie IA ».

OpenAI, l'entreprise qui a développé ChatGPT, ne serait pas particulièrement plus avancée que les autres // Source : Numerama
OpenAI, l’entreprise qui a développé ChatGPT, ne serait pas particulièrement plus avancée que les autres // Source : Numerama

Pour ChatGPT, il s’agit peu ou prou de la même chose : ce qu’OpenAI a fait ne serait pas révolutionnaire, et l’entreprise « n’est pas particulièrement plus avancée que les autres laboratoires [en IA] », selon Yann LeCun.

La technologie sur laquelle s’est basé OpenAI pour développer ChatGPT n’a en effet pas entièrement été créée par l’entreprise. À la place, elle se serait servie de nombreuses « pièces » et de techniques différentes inventées au fils des ans pour construire son modèle. « ChatGPT utilise l’architecture Transformer, qui a déjà été pré-entraînée », explique Yann LeCun, en faisant référence au réseau neuronal inventé par Google en 2017. « Je ne veux pas dire que ce n’est pas dur, mais ce sont [des techniques] partagées, il n’y a pas de secret derrière ChatGPT ».

Où sont les IA de Meta et Google ?

Plus tard, Yann LeCun a précisé sa position sur Twitter. « Je ne veux pas critiquer le travail d’OpenAI, ni leurs déclarations. J’essaie de corriger la perception du public et des médias qui voient ChatGPT comme une invention incroyable, nouvelle, innovante et unique, loin devant tous les autres. Ce n’est pas du tout le cas ».

Même en mettant les performances de ChatGPT en perspective, il reste une question importante : si OpenAI n’est pas plus avancée que les autres entreprises, où sont les intelligences artificielles des autres GAFAM ? « Si Google et Meta n’ont pas encore dévoilé de chatbot comme ChatGPT, ce n’est pas parce qu’ils ne peuvent pas. C’est parce qu’ils ne veulent pas », indique Yann LeCun dans un autre tweet.

« En dévoilant des démos publiques qui, même si elles sont impressionnantes et très utiles, rencontrent des problèmes graves, les grandes entreprises ont beaucoup à perdre », estime-t-il. Les jeunes entreprises en besoin d’argent n’auraient pas ce souci. Pour le chercheur, il s’agirait d’une question de réputation, et il en veut pour prendre la tentative avortée de Galactica, l’intelligence artificielle de Meta.

Rendue publique fin novembre 2022, Galactica avait été entraînée sur un corpus d’articles scientifiques, et elle pouvait, à partir d’un texte, générer un article de recherche complet, avec références, indiquait NextInpact dans un article. Elle pouvait aussi « faire un résumé de lecture académique, résoudre des problèmes de math, générer des articles Wikipédia, écrire du code, annoter des molécules et des protéines, et beaucoup d’autres choses », annonçait par tweet l’équipe du projet.

Pourtant, malgré toutes ces promesses, l’IA a été déconnectée au bout de 3 jours seulement, explique Nextinpact, car elle aurait proposé des réponses fausses et racistes aux utilisateurs. Pour Yann LeCun, les réactions aux erreurs de Galactica auraient été « disproportionnément négatives », alors que l’IA de Meta n’aurait « pas dit plus de m*rde que ChatGPT


Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.