Avec ses Ear(1), Nothing prouve qu’il est possible de mettre beaucoup de fonctionnalités dans des écouteurs, sans forcément faire grimper la facture.

Nothing est la nouvelle entreprise de Carl Pei, co-fondateur de OnePlus. De loin, on pourrait croire qu’il s’agit d’une startup au nom choisi pour se moquer du monde (un peu comme la Boring Company d’Elon Musk). Pour son premier produit tech, Nothing, qui rêve d’un écosystème d’objets connectés simples à utiliser, a choisi des écouteurs — un accessoire particulièrement populaire de nos jours.

C’est ainsi que Nothing a lancé les Ear(1) avec une ambition très louable : mettre un maximum de fonctionnalités dans des écouteurs vendus sous la barre des 100 euros. On pourrait craindre un produit qui en fait trop et, à l’arrivée, ne fait rien de bien. En réalité, les Ear(1) offrent un rapport qualité/prix inouï pour qui n’est pas prêt à dépenser plus pour le top du top.

Le boîtier des écouteurs Nothing Ear(1)  // Source : Maxime Claudel pour Numerama

Le boîtier des écouteurs Nothing Ear(1)

Source : Maxime Claudel pour Numerama

Un design singulier et charmant

Pour briller sur un marché bondé, il faut savoir se faire remarquer. Voilà pourquoi Nothing a concentré l’essentiel de ses efforts sur la mise au point d’un design atypique pour ses premiers écouteurs. On peut affirmer que c’est une vraie réussite : il est difficile de rester insensible devant ces Ear(1). Pour convaincre, ils s’appuient sur un plastique transparent qui permet de voir — un peu — de quoi ils sont composés. Il faut bien évidemment sortir la loupe pour vraiment distinguer les différents composants qui permettent aux Ear(1) de fonctionner — d’autant que seule la courte tige est transparente. C’est surtout une philosophie esthétique qui distingue vraiment ces écouteurs des autres.

Difficile de rester insensible devant ces Ear(1)

En prime, Nothing a vraiment soigné les petits détails, de manière à ce que ses Ear(1) soient vraiment singuliers. Par exemple, plutôt que d’inscrire les lettres R et L, correspondant aux mots Right (droit) et Left (gauche), le constructeur a opté pour des petits points colorés : rouge pour l’écouteur droit et blanc pour l’écouteur gauche. Autre bon point, surtout pour celles et ceux qui en ont marre de voir des AirPods : les Ear(1) sont disponibles en noir et en blanc.

On retrouve cette transparence sur tout ou partie du boîtier, qui permet de voir les écouteurs à travers le capot quand ils sont en charge. Ledit capot est creusé sur sa partie inférieure, vers la droite, afin de pouvoir améliorer l’ergonomie quand on le soulève (on glisse son index dedans pour faciliter l’ouverture). Chacun des Ear(1) trouve naturellement sa place dans le boîtier grâce à un système aimanté. En termes de design, Nothing réalise un sans-faute, même si on craint un peu pour la durabilité du plastique transparent (les rayures se voient plus facilement).

Soulignons par ailleurs le fait que le packaging est, lui aussi, très réussi. Ce n’est qu’un petit détail, mais un détail qui compte.

Le joli packaging des écouteurs Nothing Ear(1) // Source : Maxime Claudel pour Numerama

Le joli packaging des écouteurs Nothing Ear(1)

Source : Maxime Claudel pour Numerama

Beaucoup de fonctionnalités pour moins de 100 euros

Les Ear(1) se connecteront sans aucun souci à votre smartphone ou votre tablette (ils sont compatibles avec Google Fast Pair, pour les appareils Android). Et, bien sûr, il existe une application compagnon baptisée « ear (1) » pour pouvoir accéder à une configuration un peu plus avancée. Elle permettra d’accéder à des paramètres liés à la réduction de bruit ou encore à un égaliseur.

L’application concentre également les raccourcis autorisés par les surfaces tactiles présentes sur les deux écouteurs. Par défaut, les Ear(1) offrent les commandes suivantes : double appui pour la lecture, triple appui pour passer à la chanson suivante et appui prolongé pour la réduction de bruit. Nothing fait le choix de ne pas proposer de simple appui pour une raison évidente : éviter les gestes non voulus (on a vite fait de faire un appui sans le désirer). Enfin, on peut ajuster le volume en glissant le doigt le long de la tige, ce qui fonctionne plutôt très bien (la sensibilité est bonne). L’application permet de personnaliser — un peu — l’expérience, par exemple en modifiant la commande liée au triple appui.

Nothing a par ailleurs pensé à l’interruption automatique quand on retire l’un des deux écouteurs. Le constructeur a vraiment concentré un maximum de technologies dans ce produit vendu moins de 100 euros. En termes de rapport fonctionnalités/prix, il est vraiment difficile de faire mieux (on peut même personnaliser le témoin lumineux du boîtier…).

La tige transparente des écouteurs Nothing Ear(1) // Source : Maxime Claudel pour Numerama

La tige transparente des écouteurs Nothing Ear(1)

Source : Maxime Claudel pour Numerama

Une tenue et un confort appréciables

Avec des écouteurs de type intra, il y a toujours un risque : celui de la gêne provoquée par un corps étranger inséré dans l’oreille. Sur ce critère important, les Ear(1) font partie des bons élèves, sans atteindre non plus le nouveau de confort des AirPods Pro (la référence grâce à leur embout très travaillé). Nothing fournit trois tailles d’embouts dans le packaging (S, M et L). Le silicone s’avère ultra souple, ce qui peut expliquer pourquoi on ne les sent pas trop quand on les porte.

Le maintien des Ear(1) est, en outre, excellent. On n’a jamais peur de les perdre, même en bougeant frénétiquement la tête. C’est un argument à lier à la certification IPX4, qui les rend résistants à la pluie et à la transpiration. Pour un usage sportif, on peut donc conseiller ces Ear(1) sans aucun problème.

L'embout des écouteurs Nothing Ear(1) // Source : Maxime Claudel pour Numerama

L'embout des écouteurs Nothing Ear(1)

Source : Maxime Claudel pour Numerama

Un son étonnant, une réduction de bruit active correcte

Les Ear(1) sont pourvus d’une réduction de bruit active, grâce à trois microphones. Soyons francs, elle n’atteint pas les meilleures du marché, intégrées à des concurrents beaucoup plus chers (exemple : les Bose QuietComfort). Disons que les Ear(1) réalisent un travail très correct d’atténuation des sons extérieurs — sans atteindre cette impression de bulle tant rêvée (au moins pourra-t-on réduire un peu le volume pour préserver ses tympans). Mieux, ils y parviennent avec un naturel intéressant (c’est beaucoup moins le cas pour le mode transparence, qui a tendance à un peu trop amplifier ce qui se passe autour de nous). Il y a deux paliers de réduction de bruit (faible et forte).

Design convaincant, confort appréciable, réduction de bruit active convaincante (à ce prix)… Il doit forcément y avoir un vice caché, et peut-être est-il à trouver du côté de la restitution sonore. Eh bien non. D’un point de vue acoustique, les Ear(1) s’en tirent là encore avec les honneurs. Il faut commencer par souligner leur équilibre. Nothing aurait pu marquer les esprits en optant pour des basses prononcées, histoire d’en mettre plein les oreilles. Ce n’est pas le cas : la startup ne commet pas cette erreur et préfère miser sur une restitution équitable entre les différents éléments. On se retrouve alors avec des médiums à leur place, soutenus par des graves qui n’en feront jamais trop pour laisser respirer suffisamment de détails. Alors oui, c’est forcément un peu plat.

Bien sûr, si on tend un peu plus l’oreille, on pourra trouver les Ear(1) un tantinet brouillon, bien davantage encore sur des morceaux un peu plus riches en arrière plan. Mais ce serait faire un procès à un produit qui s’efforce d’offrir le meilleur avec une sacrée contrainte tarifaire. À 100 euros, on n’a pas le souvenir d’avoir eu affaire à des écouteurs aussi performants.

Les deux écouteurs Nothing Ear(1) // Source : Maxime Claudel pour Numerama

Les deux écouteurs Nothing Ear(1)

Source : Maxime Claudel pour Numerama

Pas la meilleure autonomie du marché

En termes d’autonomie, Nothing promet entre 4h30 et 6 heures en une seule charge, ce qui dépend de l’activation de la réduction de bruit active ou non. Plusieurs écouteurs vendus aujourd’hui font beaucoup mieux, mais les Ear(1) se situent au même niveau que les AirPods Pro. Le boîtier, compatible avec la charge sans fil, permet de grimper jusqu’à 34 heures au maximum.

Le verdict

Réduction de bruit active, boîtier de recharge compatible avec la charge sans fil, application compagnon, confort irréprochable, design atypique, mais réussi… Il est difficile de trouver un vrai défaut à ces Ear(1) de Nothing. On peut effectivement trouver beaucoup mieux sur certains points, mais à un tarif bien plus élevé.
Car il faut rappeler que les Ear(1) ne coûtent que 100 euros, ce qui n’est rien face à toutes les fonctionnalités qu’ils proposent, souvent avec réussite. Mieux, ils sont soignés, à tel point qu’on dirait qu’ils coûtent plus cher. Pour son premier produit, Nothing mise sur des écouteurs très convaincants.