Les cyclistes le savent, avoir le bon équipement vélo en hiver est primordial. Pluie, vent, neige : la météo hivernale pourrait vous faire succomber au confort et à la chaleur d’une voiture ou d’un métro bondé. Cependant, avec le bon matériel et les bons conseils, il est facile de se protéger du froid pour continuer à pédaler même à de basses températures. Il n’existe pas de mauvais temps, juste de mauvais équipements.

On a toutes et tous dans son entourage cette personne qui a tout le temps froid. Son état de grâce se situe entre 15 et 25 degrés et dès que le mercure descend, c’est pour elle la fin de tout confort dès qu’il faut pointer son nez dehors. Dans mon entourage, cette personne, c’est moi. Et comme je fais du vélo tous les jours, au moins deux fois par jour, en région parisienne, j’ai dû m’équiper en conséquence. Après près de 6 000 kilomètres en toute saison avec les dizaines de vélos que nous testons sur Vroom, je me suis constitué une panoplie d’accessoires et de bonnes pratiques pour ne jamais avoir froid. C’est ce que je vais tenter de partager dans ce guide.

Bien entendu, le froid est relatif. Sans parler du relativisme météorologique : pour une personne vivant à Québec qui tomberait sur cet article, le froid que nous évoquons n’est pas le sien. Pour nous, il s’agit de proposer une sélection pour les personnes vivant dans un climat continental, océanique ou méditerranéen en Europe, où les températures hivernales sont comprises entre 10 degrés et -5 degrés. Et où il pleut beaucoup trop.

Quel équipement pour faire du vélo en hiver ?

Ma combinaison gagnante, une fois habillé dans des vêtements urbains classiques, est la suivante :

Ce setup de base peut et doit être adapté à votre degré de frilosité. L’idée de rouler à vélo tous les jours doit être compatible avec votre métier. Que vous ayez un uniforme, un vêtement pour l’artisanat ou un costume, il faut que vous puissiez le porter à vélo.

Les gants pour protéger ses mains du froid

Vos mains sont importantes à vélo : si vos doigts congèlent et que vous ne pouvez plus freiner, vous êtes en danger. Et si vous faites du vélo depuis peu sans un bon équipement, vous aurez découvert à vos dépens que c’est l’un des membres les plus fragiles, hyper exposé sur le guidon. J’ai personnellement acheté des gants avant toute chose.

Paire de gants polaires avec bandes réfléchissante pour cyclistes
Paire de gants polaires avec bandes réfléchissantes pour cyclistes

Pour protéger vos doigts très exposés aux variations de températures, vous aurez le choix de superposer deux paires de gants ou d’investir dans une bonne grosse paire de gants que vous n’utiliserez que le temps d’une saison.

Doubles paires de gants pour toute l’année

Voici la combinaison que je recommande :

  • Des gants toutes saisons en Gore-tex à 30 € sur le site spécialisé Alltricks. Ils sont fins, polyvalents et permettent un bon grip. Ils coupent également le vent et protègent bien du froid en automne, au printemps et au début de l’hiver.
    On peut en trouver avec une fine polaire chez Décathlon pour 15 €.

  • Des gants en polaire une taille au-dessus de la vôtre. Vous en trouverez de très bon pour une dizaine d’euros. D’autres modèles plus chers sont spécifiquement étudiés pour les cyclistes et disposent de bandes réfléchissantes. Cette seconde paire se superpose à vos gants principaux sans perdre de préhension dans les mains. Une combinaison testée et approuvée jusqu’à des températures négatives.

Moins waterproof que la paire de gants hiver, notre duo reste très polyvalent et sèche très vite. En mi-saison, vous n’utiliserez que votre paire de gants principale ajustée à votre taille.

Une bonne grosse paire de gants hiver

En alternative plus onéreuse, il existe des gants hiver inspirés des gants de moto. Ils sont plus coûteux, ceux de Five Gloves coûtent 60 € par exemple. L’inconvénient, c’est qu’ils ne pourront pas vous faire les 4 saisons. En revanche, ils garantissent une protection supplémentaire contre la pluie.

Le casque avec visière

La tête est le deuxième point faible du cycliste frileux. Protéger sa tête, c’est immédiatement avoir moins froid. L’élément le plus important reste le casque. Il vous protège des chutes dangereuses, mais également de la pluie. La visière de mon casque Kask a été ma révélation 2021, approuvée en 2022 et toujours valable en 2023 : baissée, elle protège du vent froid. Si vous avez tendance à avoir les yeux qui pleurent et se ferment à cause du vent froid, une visière va changer votre vie. À 164 € le casque, ce n’est pas donné, mais la sécurité n’a pas de prix.

Un bon casque Kask // Source : Montage Numerama
Un bon casque Kask // Source : Montage Numerama

De mon côté, je ne lâche rien côté équipement tête, car chaque millimètre de peau à l’air est un supplice. Voici ma combinaison idéale en plus d’un bon casque avec visière :

  • Une écharpe. Débrouillez-vous pour le modèle, elle doit simplement bien protéger le cou.
  • Un bonnet. Même chose que l’écharpe, mais oubliez les pompons et autres formes louches : il doit être fin et plat pour passer sous votre casque.
  • Un tour de cou en polaire remonté sur les oreilles. Complète l’écharpe pour protéger efficacement vos oreilles, autre extrémité fortement exposée au froid à vélo.

La sous-veste technique

Il y a un avant et un après une veste de ce genre. La sous-veste technique, c’est vraiment l’atout confort. L’avancée technologique des dernières années dans l’industrie textile permet de produire des vêtements thermiques efficaces, capables d’assurer une bonne ventilation tout en conservant une bonne température. Résultat, la sous veste technique procure une sensation de chaleur instantanée malgré sa finesse et ne fait pas transpirer.

Veste thermique Prime-Seires Alpha
Veste thermique Prime-Seires Alpha

Il existe des tas de gilets et de vestes de ce genre, mais il ne faut pas se leurrer. Les meilleures coûtent toujours une fortune, quel que soit le magasin. Des sites spécialisés en équipement sportif proposent plusieurs modèles à des prix différents, à vous de faire votre choix. Les prix dépendent souvent de la matière utilisée et du pouvoir isolant de la veste. Pour l’hiver, il est recommandé de choisir une veste à manches longues. Si vous êtes très frileux, ou que vous souhaitez vous passer d’une écharpe, privilégiez un col qui monte. Enfin, une ouverture centrale à glissière et de larges poches, pouvant contenir gants et bonnet, s’avèrent être pratiques lorsque la fraîcheur hivernale pointe le bout de son nez.

La veste d’hiver coupe-vent et imperméable

Une grosse veste longue d’hiver. Difficile de choisir à votre place, mais il faut qu’elle soit imperméable au maximum, bien chaude et coupe-vent. Oubliez, par exemple, les « doudounes » qui vont vous transformer en coussin imbibé d’eau à la moindre averse. Je recommande que cela serre bien aux poignets pour ajuster la fin des manches aux gants.

Une veste de cyclisme pour l’hiver changera-t-elle votre vie ? Les meilleures ont la particularité d’avoir une partie haute extrêmement imperméable, incomparable avec un tissu classique. Si vous avez beaucoup de pluie sur vos trajets, cela vous évitera des ennuis. En revanche, il est difficile de trouver des modèles élégants qui pourront vous accompagner le reste de la journée à pied. Être mouillé ou avoir du style : c’est à vous de trancher.

Le pantalon de pluie

Un pantalon de pluie, c’est moche, mais c’est génial. Rains en fait de plutôt bons à 70 €, mais vous pouvez en trouver un peu à tous les prix. Le mieux, c’est de choisir un modèle rembourré en plus pour ajouter une petite couche de chaleur. Vous en trouverez dans tous les magasins spécialisés.

Un pantalon de pluie pour faire du vélo en hiver
Un pantalon de pluie pour faire du vélo en hiver

Nos 4 conseils pour se protéger du froid en vélo

Si vous ne voulez pas vous sentir visés quand un lobbyiste pro-voiture en ville raconte que le vélo ne se pratique que par beau temps et comptez rentabiliser votre achat onéreux d’un vélo électrique, il faut considérer que vous pourrez le prendre tous les jours. Si le froid ou la pluie sont des obstacles, vous ne pourrez pas tenir sur la durée. Voici quelques conseils, ou plutôt quelques principes pour pédaler en toute saison peu importe les conditions climatiques.

1. Superposez plusieurs couches

Plusieurs couches moyennes tiennent plus chaud qu’une grosse couche. Ce principe, bien connu des alpinistes, fonctionne à vélo. La multiplication des couches vous permet en plus d’ajuster votre équipement idéalement selon la température, plutôt que d’avoir quatre types de vêtements selon les saisons. Vous constituez votre garde-robe de plusieurs vêtements, spécifiquement conçus pour conserver la chaleur sans vous faire transpirer, et superposez les couches selon votre degré de frilosité et bien sûr, selon la météo du jour.

2. Testez différentes matières pour trouver la plus confortable pour vous

Expérimentez votre zone de confort. Certains matériaux sont très bons, mais pourront être rédhibitoires pour vous. Typiquement, je ne peux pas porter de la laine à vélo, au risque de transpirer. Et qu’est-ce qui est pire qu’avoir froid ? Avoir froid et être mouillé.

De nouvelles technologies dans l’industrie textile permet de concevoir des vêtements adaptés à la pratique sportive. Le cyclisme profite de ces améliorations et les magasins de sport multiplient les vêtements thermiques, isolants, ou encore techniques, permettant au cycliste que vous êtes, de prendre votre vélo qu’il pleuve, qu’il neige ou qu’il vente.

3. Adaptez votre équipement pour le froid en fonction de votre frilosité

Vous ne méritez pas de souffrir : si vous avez encore trop froid, ajustez votre équipement ! Vous ne gagnerez pas des points au concours du meilleur cycliste urbain à détester chaque seconde d’un trajet.

Si malgré votre paire de gants, vos mains continuent de subir le froid, rajoutez une fine paire de sous-gants en soie pour renforcer l’isolation et conserver votre chaleur. Rajoutez une écharpe ou un bon tour de coup à votre panoplie.

Il peut également être judicieux d’investir dans de hautes chaussettes chaudes en Mérinos ou toute autre matière capable de conserver la chaleur. Bien que pédaler maintienne les pieds à une bonne température, il n’est pas rare de voir des cyclistes avoir froid aux pieds.

Si vos pieds sont fragiles, il est essentiel de les préserver des irritations en les gardant à l’abri de l’humidité. Vous devrez alors choisir avec précaution des chaussures chaude et imperméable tout en vous laissant libre de vos mouvements pour pédaler facilement.

4. Protégez-vous aussi contre le vent et la pluie

La température est un facteur de froid, mais à vélo, vous devez en considérer deux autres tout aussi importants : le vent et la pluie. Équipez-vous pour être capable de rouler quand les trois sont au pire.


Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.